Comment méditer vite et bien

Le paradoxe de ce titre peut prêter à sourire. Méditer, n’est-ce pas prendre enfin le temps de se sentir être, de se sentir vivre ? Si, bien-sûr ! Mais on a souvent besoin de ces sensations ici et maintenant car sinon, on sait qu’on va craquer dans la minute qui suit. La méditation pour les Nuls, c’est par ici, voici donc mes 3 conseils pour commencer à méditer !

jake-givens-576-unsplash.jpg

1-Penser à un lieu apaisant

On a tous en tête le souvenir d’une destination qui nous apaise. Parce qu’elle nous rappelle de joyeuses vacances, des souvenirs d’enfance, l’été et le bruissement des vagues…

Fermez les yeux. Si vous pouvez être n’importe où en ce moment, où choisirez-vous d’être ? J’ai remarqué que l’effet est d’autant plus apaisant quand on visualise une destination déjà connue et vécue car on arrive d’autant mieux à en revivre les sensations.

Pour ma part, il s’agit toujours de lieux foisonnants de nature : ma visite de Yellowstone au milieu des bisons, la maison de vacances de mon enfance dans le Sud-Ouest, une plage basque avec ses grands pins ... Se projeter là, au milieu de nulle part, et se dire que ce lieu, aujourd’hui, à cet instant, existe toujours. Qu’il dégage cette même sérénité que vous aviez vécue à l’époque. Une sérénité persistante, inébranlable. Et qui finit peu à peu par vous gagner en la visualisant.

 

2-Ressentir son corps

Au milieu d’une conversation avec quelqu’un, il m’arrive parfois de prendre soudain conscience de mon corps. Suivant ce que je ressens, je devine alors aisément comment je me positionne face à cet individu (sentiment d’infériorité / supériorité) et si je suis vraiment à l’aise. Si je courbe les épaules et que mes orteils se crispent dans mes chaussures, il y a de fortes chances que je n’ai qu’une réelle envie : achever cette conversation au plus vite.

Je prends alors une respiration pleine. “J’avale l’air” jusque dans mon ventre, jusque dans mes épaules. Mon corps est déjà moins recroquevillé. Il dédramatise et moi aussi.

Cette sensation d’écrasement nous arrive certainement plus que nous le croyons dans une journée. C’est pour cela qu’il est important de se poser parfois (j’ai envie d’écrire “se pauser”) et de ressentir son corps. Car notre corps nous avoue bien plus facilement notre stress que nous-mêmes ! Alors écoutons-le, respirons avec lui et il nous le rendra bien.

 

lina-trochez-377674-unsplash.jpg

3-Prendre de la distance

Si vous avez déjà suivi les points 1 et 2, “pensez à un lieu apaisant” et “ressentir son corps”, il est fort à parier que vous avez déjà réussi à prendre de la distance par rapport à votre situation présente. Bravo, that's the way to go ! Maintenant, histoire de marquer encore un peu plus votre détachement, éloignez-vous de vos responsabilités ! Pensez à un événement totalement indépendant de vous mais qui vous rend heureuse (la victoire de votre équipe de foot préférée, l’avancée des droits des femmes au Chili, la communauté zéro déchet qui grandit et se fait de plus en plus entendre…). Alors, ça fait du bien de se quitter un instant pour prendre conscience des belles choses qui nous entourent, non ?

 

La prochaine fois que vous prendrez le bus / le métro / la voiture, remémorez-vous ces 3 conseils.

La prochaine fois que vous faîtes face à votre boss aigri / votre voisin sans-gêne / un passant malpoli, remémorez-vous ces 3 conseils.

Ça ira déjà mieux, promis.

Et vous, quels sont vos techniques de méditation rapide ? Avez-vous déjà essayé ces 3 conseils ? Comment vous êtes-vous senti ?