La Vallée des Temples d’Agrigente : entre nature et histoire

Agrigento est une ville perchée sur la côte sud de la Sicile. En français bien gaulois, on l’appelle aussi Agrigente. C’est sur ses hauteurs qu’a survécu une série de temples grecs construits à partir du VIIe siècle av. J-C. Aujourd’hui protégé par l’UNESCO, le site historique se mêle à une végétation typiquement méditerranéenne. Un voyage à travers le temps et les sens !

 Vue depuis le jardin de Kolymbethra

Vue depuis le jardin de Kolymbethra

La rencontre avec un peuple

 Face au temple de Déméter et Perséphone

Face au temple de Déméter et Perséphone

Après ma découverte du volcan de l’Etna, pure produit de la nature, je vous parle de l’influence des peuples qui ont occupé l’île italienne, et comment ils ont justement su tirer le meilleur partie de cette nature sans la détériorer. Grecs, Carthaginois, Byzantins, Musulmans, Normands, Espagnols… Ils ont tous à un moment ou à un autre dominé la Sicile. Agrigento fait la part belle à la colonisation grecque. Dressés fièrement entre la ville moderne et le rivage méditerranéen, les vestiges de l’époque (entre le VIIe siècle siècle et -430 av. J-C) ont résisté aux tremblements de terre, aux pillages et aux tentatives de l’Eglise d’éradiquer les traces de cultes païens. En longeant un sentier d’à peine plus d’un kilomètre, on peut contempler le souvenir des temples de Démeter, de Zeus, d’Héraclès, d’Athéna, et surtout, le temple de la Concorde, le mieux conservé de l’antiquité grecque au monde ! Un vrai musée à ciel ouvert, je vous dis !



Des croyances anciennes

 Les colonnes du temple d’Héraclès

Les colonnes du temple d’Héraclès

Je m’intéresse beaucoup à la mythologie grecque et j’ai donc adoré pouvoir toucher du bout des doigts des vestiges qui se rapportent à ces croyances anciennes. Pas étonnant par exemple que Déméter ait droit à son temple puisque c’est à elle qu’on attribuait la fertilité des terres siciliennes. Ou encore que Héra, déesse du mariage, recevait les offrandes des femmes trompées dans son temple dans l’espoir d’un rabibochage prochain... Les temples et leur histoire nous donnent à imaginer un autre monde tel qu’on le connaît. Et pourtant, une grande partie de notre culture repose encore aujourd’hui sur des références de l’époque (la certification bio Déméter, ça vous parle ?).



Une nature luxuriante

 A l’ombre des vergers…

A l’ombre des vergers…

En contrebas des temples, on peut se promener à travers le jardin de Kolymbethra. Créé en 500 av. J-C, il est apparu au milieu des terres arides grâce à un ingénieux système d’irrigation mis au point par les Grecs. Aujourd’hui, on se perd avec délice au milieu des oliviers, citronniers, grenadiers ou amandiers. Une façon de rester un peu au frais quand le soleil tape sur l’île ! Et nulle doute que le printemps venu, les effluves des vergers enchantent davantage le paysage. Depuis le jardin, on aperçoit les silhouettes accidentées des temples. Il suffit de se poser là, sur un rocher au cœur du jardin, pour se croire transporté en pleine antiquité.

Je vous laisse admirer les photos. Elles en parlent mieux que moi.

 Les Dieux descendant de l’Olympe ? Non, des touristes.

Les Dieux descendant de l’Olympe ? Non, des touristes.

 Le temple de la Concorde

Le temple de la Concorde

 Citronniers

Citronniers

 Grenadiers

Grenadiers

 Le temple d’Héra

Le temple d’Héra

 Vergers

Vergers

Alors, une petite virée à Agrigente, ça vous dit ?

[Toutes les photos de l’article sont la propriété de GrainedePom.com]